Après avoir failli disparaître les effectifs de la Rove ont bien progressé pour dépasser le cap des 8 000 mères : c’est, derrière la chèvre Corse, la race caprine locale la plus représentée. Le grand quart sud-Est de la France regroupe environ 90 % des animaux. C’est une race rustique, particulièrement adaptée aux climats chauds et secs du pourtour méditerranéen. Elle présente une très bonne résistance physique aux parcours accidentés et parvient pour satisfaire ses besoins, à trouver une alimentation sur des terrains pauvres, en conduite extensive. En valorisant ces parcours elle participe efficacement à la lutte contre la fermeture des milieux et réduit considérablement les risques d’incendie.

La chèvre du  Rove est la seule race mixte caprine française. La production traditionnelle est le cabri lourd, mais un nombre croissant d’éleveurs la traient. Ses aptitudes fromagères incitent de plus en plus de jeunes à s’installer avec cette race, au point que le nombre d’animaux élevés par des éleveurs fromagers est devenu supérieur à celui détenu par les moutonniers, ce qui est une première depuis la relance de la race. La majorité d’entre eux transforment le lait à la ferme pour faire des fromages, en particulier de la brousse du Rove qui a obtenu une AOP en 2020.

L’association de défense des caprins du Rove est charge de la promotion et du développement de la race.

Pour plus d’informations : http://chevredurove.com