La chèvre Provençale est une population traditionnelle. Son berceau d’origine est situé dans la «Provence des collines». Elle ne doit pas être confondue avec la chèvre du Rove qui est originaire de la Basse Provence, autour du delta du Rhône.

Chèvre laitière, rustique et sédentaire (elle ne participait pas aux transhumances), elle exprime tout son potentiel sur les parcours méditerranéens à base de chênes blancs et d’aphyllantes. Jadis animal secondaire sur les exploitations à dominante ovine, elle était dévolue aux femmes, aux enfants et aux grands parents.

La chèvre Provençale est reconnue «race à petit effectif». En 2015, il y a 1 600 femelles et 80 boucs purs répartis chez une trentaine d’éleveurs spécialisés.

L’avenir de la race est incertain et fragile. C’est pourquoi depuis 1993 une association de sauvegarde a été créée par une poignée de passionnés. Son objectif est de développer cette race dans son berceau d’origine. Devenue symbole du Banon AOP, on peut espérer qu’un nouvel essor va permettre à cette chèvre de se développer et de reprendre la place qu’elle devrait avoir dans notre Provence.

Pour plus d’information : https://lachevreprovencale.wordpress.com/